Artistes‎ > ‎

COLSON Anne

Photographie - décembre 2015

            

        

Anne COLSON, photographe, France

Anne Colson est née en 1977 à Nancy. Plasticienne diplômée de l’école nationale supérieure d’art de Nancy, elle s’est d’abord appliquée à une recherche formelle en photographie, avant d’aborder d’autres médiums comme la vidéo ou le film documentaire. Elle collabore également avec d’autres artistes dans le champ de la chorégraphie et du cinéma.

Fascinée depuis toujours par la peinture, elle met en œuvre des « images – matières », fixes ou animées, qui explorent les enjeux émotionnels de la couleur et de la texture. Une quête de sensualité dans un territoire pictural qui embrasse le vaste réservoir d’images de notre inconscient collectif ; fragments de nature, de corps humain qui, décontextualisés, semblent dévoiler une part cachée d’eux-mêmes.

"Mes photographies sont des accidents que je provoque. Je cherche le langage peinture, la trace de quelque chose plutôt que son existence tangible. C’est éthéré, ce n’est pas réel. Je me réfugie dans l’espace de mon imagination pour inventer un autre monde, fait de motifs, de couleur et de texture : des « images – matières ». Ayant eu affaire à la biologie de près par mes études, je suis fascinée par l’organisation des cellules, les rapports d’échelle, et comment l’infiniment petit ressemble à l’infiniment grand. Il y a dans ma démarche une approche où l’on perd la notion des valeurs d’ensemble; où l’on se retrouve dans un univers en soi – une cosmogonie – et ce que l’on voit alors devient relatif. Renverser les points de vue pour y trouver un autre sens, comme renverser les figures féminines pour en faire des créatures masculines. La beauté côtoie alors une forme de monstruosité, cela devient étrange, on croit rêver. Le flou étant encore un autre élément que j’utilise pour construire ces images insaisissables…" 

Cinq photographies sur la beauté

En travaillant sur la dramaturgie de la pièce « Cinq méditations sur la beauté », Anne Colson a eu l’occasion d’entrer en profondeur dans l’ouvrage de François Cheng, afin de fournir à la chorégraphie de multiples pistes de réflexion. Au cours de ce travail, et s’inspirant du texte, elle a réalisé une série de cinq photographies sur le thème de la beauté qui sont devenues les éléments de décor du spectacle. Ces images sont nées d’un dialogue avec la danse, et d’une recherche sur le motif en tant que sujet.